Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Une page pour se souvenir

Côtes-d’Armor : l’histoire d’une maison hantée à Moustéru

Publié le 22 Juillet 2017 par Une page pour se souvenir in Le monde de l'étrange

Source 'Actu Bretagne'. 22 juillet 2017. Lien direct ci-dessus
 
Tout se déroule en 1960, dans les Côtes-d’Armor. Au hameau du Danouët, en Moustéru. Tout près de Guingamp. On raconte, à l’époque, qu’une ferme est hantée.
 
« Une nuit, à trois reprises, alors que les époux étaient couchés, il furent « chahutés ». « Nous valsions », nous ont-ils déclaré. L’aîné de leurs enfants, s’étant levé, appela : « Papa, maman », mais ils ne purent articuler aucune parole. Ils étaient muets. »
 
Nous sommes le 22 janvier 1960. Les lecteurs du Télégramme découvrent, avec stupéfaction, un article. Une ferme du village du Danouët, en Moustéru, serait hantée.
 
Depuis une quinzaine de jours, de mauvais esprits hantent une ferme […] où une honorable famille […] est littéralement terrorisée et ne peut plus dormir en paix, est-il écrit.
 
Le patriarche raconte, dans les colonnes du quotidien : « Presque toutes les nuits, nous entendons des bruits de ferraille. Devant le seuil de la porte se trouve une grosse pierre et il me semble qu’on frappe dessus […] Ces bruits durent une heure et se renouvellent deux fois par nuit. » Pourtant, dehors, pas la moindre trace. Même lors de l’épisode neigeux…
 
Un homme mystérieux…
 
Des voisins entendent, eux, « du bruit provenant du grenier » de la ferme : « Les poids qui se trouvaient sur la balance étaient projetés et lorsqu’ils montèrent au grenier, ils constatèrent que la bascule oscillait. »
 
Fait troublant : quelques jours jours avant le début des événements, un homme se serait présenté à la ferme voisine et aurait prononcé ces mots : « Le type qui me fait porter ce bâton dansera plusieurs nuits. » Malgré leur enquête, les gendarmes ne parviendront jamais à l’identifier.
 
Aujourd’hui encore, les anciens de la commune se souviennent de cette histoire. Gérard Hervé, maire de Moustéru, avait 13 ans à l’époque. C’est lui qui a remis la main sur cet article du Télégramme :
 
Tous les gens venaient voir ce qu’il se passait là. Tout le quartier en parlait

Je viens de voir la UNE du journal 'L'écho de l'armor et l'argoat'. Je vais me rendre chez mon buraliste ce samedi pour faire l'achat de ce numéro ! L'écho de l'amor et de l'argoat. N°3562. Du 19 au 25 juillet 2017.

Commenter cet article