Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Une page pour se souvenir

Documentaire : Le blues des Cheikhates

Publié le 3 Août 2017 par Une page pour se souvenir in Maroc, Musique

Documentaire : Le blues des Cheikhates

Le blues des Cheikhates est un documentaire réalisé par Ali Essafi en 2005. 

Information source : Africultures.com

Trois parcours de femmes pionnières à leur manière, trois artistes conscientes d'être les derniers Mohicans : des chikhates formées à l'ancienne.
 
Ainsi, Ali Essafi, réalisateur d'origine berkanie, donne la parole à Aïda, Aïcha et Hafida, trois chikhates de Safi qui s'attardent avec nostalgie sur l'âge d'or de la aïta et évoquent à mots feutrés leur présent moins rose. Aïda, seule dans sa modeste échoppe, ou le regard humide en coulisses (pendant que Hafida et Aïcha se produisent sur scène) raconte sa formation de chikha dans les années 50, ses tournées d'artistes et la réprobation de ses frères quand elle a choisi ce métier décrié. Loin des feux de la rampe désormais, Aïda a tourné la page pour toujours. Elle n'a plus que ses souvenirs d'artistes et celui de chioukhs chers à son cœur, aujourd'hui disparus. L'époque n'accordant plus aucun respect au "métier", Aïda déconseille d'ailleurs à sa fille adoptive d'embrasser la profession. "Quand elles ont vu le film pour la première fois, Aïda, Aïcha et Hafida attendaient avec appréhension de voir quel regard porteraient les autres sur elles" souligne à ce titre Ali Essafi. Aïda, Aïcha et Hafida.
 
Les "chikhates", artistes pionnières du Maroc, sont à la fois les femmes les plus aimées et les plus marginalisées! Et ceci pour une seule et même raison : leur liberté ! Liberté des moeurs et liberté de ton qui leur permettent, à elles seules, de chanter l'injustice et le sort des femmes. Avec des mots simples, Shikha Aïcha m'a résumé cette situation : "notre vie est semblable à cette bougie qui brûle et se sacrifie pour que les autres voient !"

Le blues des chikhates. shikhates blues

Documentaire : Le blues des Cheikhates
Commenter cet article