Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Une page pour se souvenir

Stage de survie en Bretagne

Publié le 27 Novembre 2017 par Une page pour se souvenir in Infos, Bretagne

Stage de survie en Bretagne

Pour survivre, on peut toujours manger des orties

Lien de l'article et vidéo : Stage de survie

Source info : Ouest France - Lundi 27 novembre 2017 - 
 
Emmanuel Richard, ancien jardinier et passionné de randonnée, propose d'apprendre à reconnaître les plantes sauvages. Et à les manger... Car la nature est « un saladier géant ».
 
Une expérience de « survie douce » aux portes de Brocéliande, ça vous tente ? C'est ce que propose Emmanuel Richard. Ancien jardinier et passionné de randonnée, il s'est inspiré de la démarche de l'ethnobotaniste, François Couplan. Il invite les particuliers à une balade un peu spéciale, à la découverte des plantes sauvages. Comment les identifier et les goûter ? Comment les cuisiner ? « Ce n'est pas un stage de type commando mais une invitation pour se reconnecter à la nature », insiste-t-il.
 
Plus riches que les légumes
 
Dans les champs, sur le bord des chemins, il suffit de se baisser un peu pour remplir sa besace. La nature est gorgée de mille et une plantes aux vertus énergétiques. Du coup, avant de partir à la journée ou en bivouac avec ses stagiaires, Emmanuel Richard prend le strict minimum : un peu de sel, de l'huile... Histoire tout de même de donner un peu de goût aux préparations. Il emporte aussi une toile aussi pour le campement.
 
En ce mois de novembre, il y a encore beaucoup de plantes sauvages à croquer. « Les plantes sauvages sont très riches en vitamines. Bien plus que certains légumes... »
 
À commencer par les orties, très riches en protéines, en vitamines, en acides aminés. « Sa richesse nutritive est hallucinante. » On peut la consommer crue ou en velouté. « On ramasse 300 à 400 gr de feuilles, coupées au sommet, deux pommes de terre, un oignon et on cuit le tout 20 minutes. On mixe et les enfants adorent ! » Les jeunes pousses de ronce séchées peuvent se consommer en infusion. « Un vrai concentré de Vitamine C. »
 
Il y a encore l'Ombrilicus, ou « Nombril de vénus », très riche en vitamines, sels minéraux et qui se déguste en salade. Sans oublier la « réglisse du pauvre » dont les racines ont un pouvoir sucrant largement supérieur au sucre... Et puis bien sûr le pissenlit. « La nature met tout à notre disposition. C'est un saladier géant, assure Emmanuel Richard. On peut se nourrir de plantes. Ce n'est pas un fantasme. Je pense d'ailleurs que dans les années à venir, on s'intéressera encore davantage à leur potentiel pour mieux les utiliser ».
 
Se repérer grâce aux étoiles
 
Degré Nature (bivouac-degre-nature.com) propose aussi de gérer les promenades et randonnées avec une initiation à l'orientation : maîtriser la lecture de carte sur le terrain avec une boussole, se repérer grâce aux étoiles. On peut encore apprendre à faire du feu.
 
Les stages ont démarré l'été dernier. Ils sont accessibles à tout le monde, plutôt par petits groupes. Un calendrier des sorties est en ligne sur le site internet.
Commenter cet article